Parce que le tout-Paname théâtreux s’est exilé à Avignon pour le mois de Juillet, BigPaname annexe momentanément la cité papale pour deux spectacles dont les comédiennes sont essentiellement parisiennes (il fallait bien qu’on retombe sur ses pattes).

D’abord, succès total pour la deuxième année consécutive pour Maya Une Voix, à l’Essaïon d’Avignon.

Les spectateurs qui ont vu la pièce l’an dernier ont fait marcher le bouche-à-oreille et c’était plein (avec liste d’attente) dès le deuxième jour.

Ci-dessous, ma critique lors de la création à Paris avant la pandémie, c’était pour la défunte Radio Parisienne…

 

Il y eut ensuite une captation de France Télé (pas totalement réussie, il faut le reconnaître)


 

Et il y a l’évolution. En 2022, le spectacle s’est étoffé : deux musiciens alternent et soutiennent la pièce tout au long, fluidifiant les passages entre les moments joués et les moments chantés. Les personnages ont évolué, pris de l’ampleur, du charisme : de Glory à Papa. Maya (future Angelou) impressionnante grâce à la voix d’Ursuline Kairson. Et bien sûr, l’élégante Mme Flowers est toujours le déclencheur de la carrière de la petite fille mutique qui deviendra écrivaine et activiste africaine-américaine, surtout quand c’est Vanessa Dolmen qui l’interprète.

Assurément le spectacle à (re)voir à Avignon à 10 h du matin.

——————

Puis, à 13 h 10, c’est au Théâtre des Remparts qu’il faut se rendre. Nathaly Coualy, qui fut tour à tour ou en même temps mannequin, comédienne, metteuse en scène, prof de yoga, a reçu en cadeau le Desirada de l’immense Maryse Condé qui est venue mardi 12 juillet assister à cette saga. Nathaly y interprète trois générations de femmes fortes et déterminées et porte haut la voix de cette grande écrivaine née en Guadeloupe (on lui doit de multiples romans féministes, la somptueuse saga Ségou et une série d’écrits sur les ravages du colonialisme et de chaos du post-colonialisme, selon ses propres termes) qui reçut le prix Nobel Alternatif de la littérature en 2018.

Et elle a choisi d’offrir à Nathaly Coualy la possibilité d’adapter pour la scène son roman Désirada pour lequel elle avait reçu le Prix Carbet des Caraïbes en 1997.

Nathaly investit la scène, accompagnée de son compère musicien Igo Dramé et interprète tour à tour ces trois femmes. Une perruque, un manteau et la métamorphose fonctionne. Le son est là, les odeurs de la Guadeloupe… Il faut y aller aussi, c’est jusqu’au 30 juillet…

Voici la bande-annonce :

, , , , , ,